greenland
Cinéma

Greenland – Le dernier refuge

Greenland est un thriller d’action de 2020 réalisé par Ric Roman Waugh, avec Gerard Butler et Morena Baccarin. Sortie cinéma le 08 octobre 2020 déjà numéro 1 des téléchargements sur Zone Telechargement. Durée 119 minutes. Distribué par Universal Pictures et Lucky Red.

Greenland , le film réalisé par Ric Roman Waugh, suit l’histoire de Jeff ( Gerard Butler ) et de sa famille, aux prises avec une catastrophe naturelle.
Un astéroïde surnommé Clarke est sur le point de passer très près de la Terre, à tel point qu’il est visible à l’œil nu. Malheureusement, lors du passage, la comète se brisera en mille morceaux avec des conséquences catastrophiques à la surface de la planète entière. Plusieurs villes à travers le monde seront en effet rasées. L’impact d’un énorme fragment de roche entraînera la mort et la destruction, déstabilisant des pays entiers d’un point de vue politique, social et économique.
Dans ce climat de panique et de confusion, l’objectif de Jeff sera de sauver sa femme ( Morena Baccarin) et son fils ( Roger Dale Floyd ) au seul endroit sûr, dans une lutte contre le temps.

greenland

CRITIQUE DU FILM

Il est facile de dire « Nous soutenons les astéroïdes », devant toutes les nombreuses, trop nombreuses, mauvaises choses dans le monde dans lequel nous vivons. Car alors, lorsque l’astéroïde – ou, dans ce cas, le fragment de comète – menace réellement d’extinction massive sur la planète, et que le gouvernement choisit de ne sauver qu’un proverbial 1 % (sur la base du recensement, mais davantage aux professions qui seront utiles à la reconstruction), alors tous les 99 restants, ou une bonne partie d’entre eux, voudraient être sauvés aussi. Ce n’est donc pas seulement une course contre la montre, mais aussi le chaos, la dévastation, le pillage, le lupus homo homini.
Du moins, c’est ce que nous dit le Greenland, un film de catastrophe oui, mais avec le désir de raconter des sentiments et de l’humanité plus que d’étonner avec des effets spéciaux et de spectaculariser la catastrophe.

Il est immédiatement clair que Ric Roman Waugh ne veut pas faire le Michael Bay dans ce film. Cela se voit à la façon dont il colle au visage d’un Gerard Butler qui ressemble de plus en plus à Francesco Totti (et là je donne gratuitement une idée de casting extraordinaire), à la façon dont il le fait presque toujours ressembler à un chien bâtard, et pas seulement parce qu’au début de l’histoire on le voit rentrer chez lui avec sa femme (Morena Baccarin) et son fils les oreilles baissées, parce qu’il a manifestement quelque chose de gros à rattraper, ce que nous découvrirons plus tard dans l’histoire.
Le fait est que Butler se soucie vraiment et véritablement de sa famille, et le réalisateur nous le montre dès la première prise de vue, qui montre la photo de fond de son téléphone portable, dans lequel il y a sa femme et son fils. Aussi parce que le Greenland, au fond, n’est rien d’autre qu’un film sur les liens familiaux.

Lorsque vous réalisez que la comète qui passe tout près de la Terre est non seulement un phénomène astronomique spectaculaire sans précédent, mais que les débris qui en sortent causeront destruction et dévastation, Butler reçoit un message annonçant que lui et ses proches ont été choisis pour être emmenés dans des bunkers secrets du gouvernement situés au Greenland (d’où le titre) et qu’ils seront ensuite sauvés de la mort ; mais évidemment leur chemin vers le salut sera plus que cahoteux, aussi parce que la panique et la révolte se déchaîneront autour d’eux, et comme l’enfant est diabétique il est rejeté (on ne va dans les bunkers que si on est eugéniquement valide) et les trois seront perdus, et devront se retrouver, tout cela pendant que le monde se termine, que le chaos est partout, et que le bunker semble maintenant inaccessible.

Plus que dans le désastre, le cœur du Greenland se trouve alors dans le drame familial.
Bien sûr, Waugh, dans l’histoire du 1%, et des révoltes contre cet élitisme, et dans la barbarie générale qui est progressivement remplacée par une solidarité entre les peuples visant à sauver même ceux qui, selon les gouvernements, pourraient ne pas l’être, lance quelques coups de pinceau légèrement et vaguement politiques. Mais la politique du Greenland est avant tout une politique de sentiments.
Bien sûr, il y a la tension, l’anxiété, la catastrophe. Il y a les nombreuses naïvetés obligatoires et la rhétorique banale des superproductions hollywoodiennes et de la culture américaine (voir la parenthèse avec Scott Glenn, et ce que dit l’homme ; ou le fait que le fragment de comète le plus gros et le plus destructeur se dirige manifestement vers l’Europe).
Mais Greeland, c’est d’abord l’histoire d’une famille réunie, et cette famille réunie, comme le dit clairement Butler à son fils, est capable de tout gérer, quel que soit le résultat final de leurs efforts (et il est donc dommage que Waugh ne ferme pas son film dans l’incertitude).

Il peut légitimement se demander pourquoi un tel film, avec la charge d’anxiété qu’il implique, est sorti alors que nous sommes encore en pleine pandémie, et peut-être la réponse réside-t-elle dans ce que le Greenland met au premier plan (le grand visage de Butler-Totti mis à part) : le fait que face à la catastrophe et à l’apocalypse, la seule chose qui puisse vraiment apporter un réconfort, et un espoir de salut et de dépassement, est ce qui vient d’en bas : la solidarité entre les personnes, la force d’une famille et ses sentiments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image