black-panther
Cinéma

Black Panther – Le film devenu Culte

Le Wakanda, une nation d’Afrique centrale et orientale, se cache aux yeux du monde. Apparemment un pays pauvre en ressources et en espoirs, il est en fait le plus avancé technologiquement au monde, grâce à la présence du vibranium, un minéral extraterrestre au potentiel inimaginable. Lorsque T’challa monte sur le trône, devenant la nouvelle Panthère Noire qui protège son peuple, il entend préserver la tradition, mais un retour inattendu au Wakanda va l’obliger à revoir ses plans.
Après le cas controversé de Wonder Woman dans le foyer de DC, c’est au tour de Black Panther, transposition sur grand écran des aventures du plus célèbre et emblématique des super-héros à la peau noire.

Un épisode séparé du Marvel Cinematic Universe, qui vit une vie propre, à la manière du Dr Strange, et qui implique la genèse d’un monde invisible, qui a pour tâche de rendre le sentiment de l’Afrique centrale et orientale et la technologie futuriste d’un pays hypothétique. De plus, pour les fans qui font suivre l’actu des jeux vidéo, il est disponible aussi sur des divers sites…

Le travail scénographique de reconstruction numérique est admirable en ce sens, de même que les costumes et les caractérisations des femmes et des hommes guerriers. La photographie de Rachel Morrison réussit à faire vivre les couleurs, les sons, la colère et la nature sauvage de l’Afrique sans glisser dans les préjugés de l’homme blanc ou du « colonisateur », comme les Wakandais apostrophent les Caucasiens.

Outre le travail sur les costumes et les décors, la bande-son est extraordinaire et Black Panther est un candidat déclaré au statut de symbole en termes de tendances, au même titre que Hair l’était pour la mode hippie ou Shaft pour la blaxploitation. Ce qui est décevant, cependant, ce sont les effets spéciaux, et la post-production de cgi ne semble pas profiter des délices technologiques du vibranium. Les scènes de bataille, de plus en plus fréquentes vers l’épilogue, sont prisonnières d’une esthétique de dessin animé indigne d’une opération de cette ampleur.

 

black panther

 

Mais Black Panther est avant tout le premier film Marvel à entrer dans la réalité politique et à confronter les doutes éthiques, en prenant tous les risques que cela implique. Avant cela, seul Captain America : The Winter Soldier avait essayé, mais le film de Ryan Coogler (Creed) va beaucoup plus loin à cet égard. Dans certains cas, le résultat est ambigu ou douteux – la position vis-à-vis du terrorisme ou des gouvernements étrangers, le rôle de la CIA sur l’échiquier international – mais cela fait (peut-être) partie du jeu. Total Thor : L’évasion à la Ragnarok reste un choix plus confortable, mais il faut saluer la façon dont Marvel s’attaque aux ganglions de la politique internationale et veut sortir des dérives fantastiques. L’autre piège contesté par Ryan Coogler concerne la question raciale, et donc l’impossibilité d’échapper aux stéréotypes, mais Black Panther est curieusement plus courageuse lorsqu’elle affronte une culture éloignée de l’américaine et l’accepte dans sa diversité que lorsqu’elle tente d’adoucir le tout, en mettant en scène une étreinte douteuse avec la CIA. Il est en effet difficile de croire à la « sympathie » des services secrets américains dans un tel contexte, étant donné le rôle de la CIA dans l’histoire des gouvernements africains et les coups d’État sanglants qui les ont caractérisés.

Cependant, le fait qu’un film américain grand public considère l’esclavage, le racisme et la ségrégation comme des injustices à éradiquer ne doit pas être sous-estimé, ce qui pourrait le rendre plus hypocrite, ou selon votre point de vue, représenter un signe des temps et de leur progrès en matière de prise de conscience. Ce qui est certain, c’est que le Marvel se place audacieusement dans un contexte sociopolitique inattendu.

 

black-panther-2

Avis :

Encore une fois, un festival de politiquement correct dans les rangs des critiques américains qui, pour la énième fois, donnent au public des critiques démesurément enthousiastes sur un film qui ne les mérite pas.
Au-delà de la respectabilité, de la rhétorique et de la réticence à critiquer un film qui « montre pour la première fois les Afro-Américains comme protagonistes », il est peut-être possible de juger un film en lui-même, en tant que tel, en évitant tous les préjugés inutiles et la bonté qui ont conduit de nombreux critiques (pas seulement américains) à mettre des oeillères, choisissant d’ignorer les différents défauts du film.

Bien sûr, cela ne veut pas dire que Black Panther est un mauvais film, mais ce n’est certainement pas l’un des meilleurs films de super-héros. Il n’est pas non plus certain qu’il représenterait une quelconque avancée en termes de représentation des « personnages afro-américains et africains dans les films ». Ni qu’elle véhicule un message totalement positif.

C’est un film médiocre, moyen pour son genre. Elle comporte cependant quelques ambiguïtés non négligeables et piquantes. Par exemple, dans la logique industrielle du film, « embrasser » la culture africaine signifie montrer des gens se jetant dans des danses tribales, des factions divisées, des élites dirigeantes et des guerriers, le tout dans un contexte de société de science-fiction, technologiquement, plusieurs siècles dans le futur. C’est probablement (du moins espérons-le) involontaire, mais quel serait le message dans ce cas ? Que sans le métal magique prodigieux de qui sait où ils n’auraient jamais pu progresser par eux-mêmes, et en fait ils restent encore ancrés à une conception archaïque pour laquelle, par exemple, le dirigeant est choisi sur la base de la victoire dans un combat ? Je veux dire, pourquoi le roi est-il choisi de cette façon ? Mieux encore, pourquoi une société qui ne manque jamais de s’afficher comme si avancée est-elle encore gouvernée par une monarchie absolue ?

Qu’est-ce qu’on voudrait insinuer, peut-être que si sur le plan technologique et scientifique, grâce au « Vibranium miraculeux », ils sont très avancés, en revanche sur le plan politique, en ce qui concerne les libertés civiles, les droits, le gouvernement, étant ce qu’ils ont construit eux-mêmes, de leurs propres mains, alors ils ne pourraient que rester au moins un siècle derrière beaucoup d’autres pays dans le monde ?

Il ne semble pas que ce soit la meilleure façon, la meilleure histoire, ni même le meilleur genre, de parler de politique, et encore moins de mettre en avant et de mieux comprendre les Afro-Américains, les Africains et, d’une manière générale, tous les groupes les plus opprimés.
Parce que, par exemple, toujours sur le plan politique, même sur de nombreux autres sujets, elle reste superficielle et discutable (voir la question des relations avec les pays étrangers, avec la CIA, ou la question de l’accueil des réfugiés [un sujet sur lequel plusieurs Wakandais se révèlent presque xénophobes]).
Bien sûr, la scène finale (et surtout celle du milieu des crédits) améliore en partie la situation, mais les perplexités demeurent.

Et même d’un point de vue purement cinématographique, Black Panther ne manque pas de présenter plusieurs défauts.
Tout d’abord, le jeu des acteurs n’est pas (quoi qu’on en dise) du plus haut niveau (même si au moins Nyong’o et Wright [qui joue probablement le meilleur personnage du film] sont sauvés), et aucun personnage vraiment charismatique n’émerge (ce qui est un problème d’une importance non négligeable, surtout dans le cas du protagoniste).

Le scénario n’invente rien de nouveau, mais c’est normal. Il est dommage qu’il n’essaie même pas d’innover son genre. En fait, il faut dire qu’il est indifférent que les protagonistes soient pour la plupart africains ou afro-américains, car l’histoire reste banale et prévisible, ne pouvant réserver de surprises particulières.

De plus, le style n’est souvent pas très novateur, et certaines scènes d’action (en raison de l’utilisation continue de la caméra d’épaule et d’un montage convulsif) ennuient à long terme (et, en particulier, la bataille finale touche à plusieurs reprises au ridicule, par exemple avec l’introduction absurde et presque hilarante des rhinocéros). Cependant, au moins la séquence du casino est très bien faite.

Et, malgré tout, le film présente au moins une excellente scénographie, une bande son discrète (même si de temps en temps on a presque l’impression de se retrouver dans les rôles du Roi Lion) et donne quelques scènes d’un impact visuel incontestable. Mais le fait d’être pour le reste un peu absent et compte tenu des attentes élevées laisse beaucoup d’amertume dans la bouche.

Le film Black Panther sera bientôt disponible sur SFR TV ! Ne passez pas à coté des offres red by sfr de Noël et n’oubliez pas votre code parrainage red sfr si vous souscrivez pour économiser 15€ sur votre forfait 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image