Livres

Les lettres majuscules quand on est dyslexique

Les lettres majuscules et minuscules peuvent se ressembler, comme « O » et « o », ou elles peuvent être très différentes, comme « A » et « a ». Néanmoins, nous reconnaissons toujours qu’il s’agit de la même lettre. En effet, lorsque les enfants commencent à lire et à écrire, ils apprennent à associer deux formes avec le même son. Toutefois, cela ne signifie pas nécessairement que les lettres majuscules et minuscules sont traitées par le cerveau de la même manière pour tout le monde et les formes majuscules/minuscules incongrues peuvent poser des problèmes aux lecteurs non qualifiés.

Certaines études ont suggéré que le traitement du texte prend plus de temps lorsqu’il est écrit en toutes lettres majuscules. Cette augmentation de temps pourrait être liée à un traitement visuel moins efficace. Si un mot apparaît en toutes lettres majuscules, il peut également avoir plus de voisins visuels et une augmentation de la concurrence peut retarder la reconnaissance des mots. En d’autres termes, les lettres majuscules se ressemblent davantage que les lettres minuscules, ce qui peut augmenter le temps de traitement. En outre, les majuscules prennent plus de place, de sorte que dans un texte plus long, vos yeux doivent faire une pause plus régulièrement.

Dysgraphie, dyspraxie et dyslexie

Alors pourquoi certaines personnes écrivent-elles en majuscules ? Ce n’est peut-être pas un manque de compétences en matière de capitalisation qui est à blâmer. Les lettres minuscules peuvent être difficiles à former pour les personnes qui ont du mal à écrire à la main. Elles n’ont pas une forme aussi régulière que les capitales et ne sont pas aussi espacées entre les limites supérieures et inférieures.

Elles contiennent beaucoup de formes circulaires qui peuvent être difficiles à former pour une personne souffrant de dysgraphie ou de dyspraxie, des conditions qui ont un impact sur la motricité fine nécessaire pour tenir un stylo ou un crayon. Les majuscules sont composées de lignes plus droites et sont généralement plus grandes que les minuscules, ce qui facilite le dessin des capitales.

Les minuscules peuvent également poser des problèmes de lecture à certaines personnes, y compris celles qui sont aux prises avec la dyslexie. Considérez la quantité de formes répétées dans l’alphabet en minuscules. Les lettres « a, b, c, d, e, g, o, p » et « q » contiennent toutes une forme circulaire.

Il existe également des formes répétitives de « u » et de « i » qui rendent difficile la distinction entre les lettres, en particulier pour les personnes qui sont confrontées à des différences de direction et qui ont tendance à transposer les lettres de l’écriture manuscrite.

C’est l’une des raisons pour lesquelles vous constaterez peut-être qu’une personne dyslexique préfère écrire en majuscules !

En savoir plus sur les traitements de la dyslexie.

Les langues latines utilisent des majuscules pour commencer une phrase ou pour certaines catégories de mots, par exemple les noms propres. Les termes en majuscules et en minuscules datent de l’époque de la typographie, lorsque les formes métalliques utilisées pour imprimer le texte étaient rangées dans des tiroirs différents. Les minuscules étant utilisées plus fréquemment, elles étaient rangées dans une boîte physique plus basse au sol et plus facile à atteindre.

Tous les alphabets nécessitent une association arbitraire de sons à des symboles. C’est pourquoi vous pouvez écrire le même son en utilisant différentes lettres dans différentes langues du monde – et parfois dans la même langue.

Saviez-vous que l’orthographe du français est un défi, notamment parce que le même son peut être représenté par différentes lettres et différents ensembles de lettres ? Il y a également plus de phonèmes que de lettres, de sorte que de nombreuses lettres doivent faire double emploi, en particulier les voyelles.

Certaines personnes ont essayé de créer des liens entre la forme d’une lettre et un nom concret qu’elle est utilisée pour épeler. Cela a été fait pour des alphabets difficiles à apprendre, notamment l’hébreu et l’arabe, et les dessins sont communément appelés glyphes, abréviation de hiéroglyphes.

Le bonus est qu’il n’y a pas de majuscules en arabe ou en hébreu, mais attention, l’arabe est une écriture cursive dans laquelle les lettres changent de forme selon l’endroit où elles se trouvent dans un mot.

En savoir plus sur les différents types de difficultés d’apprentissage.

Décodage et lecture à vue

Les enfants apprennent à parler avant d’acquérir des compétences en lecture et en écriture, mais ils doivent être capables d’entendre les sons qui composent les mots afin de les décoder et de les épeler lorsqu’ils écrivent. L’attention portée aux phonèmes, ou aux unités sonores qui peuvent être combinées pour créer des énoncés, est appelée conscience phonologique et constitue une compétence clé de pré-alphabétisation que les enfants doivent maîtriser dès l’âge de 1 à 4 ans. Chanter des comptines et jouer à des jeux de rimes est un excellent moyen d’y parvenir.

Il existe de nombreux types de dyslexie, mais la plus courante est la dyslexie phonologique, dans laquelle les individus luttent pour séparer les mots en leurs composantes sonores. Cela rend le décodage particulièrement difficile. Cependant, un programme basé sur la phonétique comme la méthode d’Orton Gillingham peut aider à améliorer les compétences de décodage et faciliter l’écriture par une exposition répétée et multisensorielle à l’impression.

Notez que la reconnaissance des mots peut également être affectée par le choix de l’auteur d’écrire en majuscules ou en minuscules et par des facteurs tels que la police de caractères, la luminosité de l’écran, le fond du texte, le contraste et la couleur.

La reconnaissance des mots à la vue peut aider à améliorer les capacités de lecture et d’écriture car une personne est familière avec un mot et n’a donc pas besoin de le décoder une lettre à la fois. Il est utile de travailler les mots à haute fréquence de manière répétée.

Développer les compétences d’écriture

Certaines personnes recommandent d’apprendre aux enfants dyslexiques à écrire en majuscules, puis en minuscules et enfin en cursive. Cependant, de nos jours, l’écriture est moins courante qu’autrefois, ce qui est une des raisons pour lesquelles l’enseignement de la cursive ne devrait pas être une priorité.

Cela est particulièrement vrai pour les élèves ayant des difficultés d’apprentissage spécifiques et qui ont déjà du mal à écrire. Comme alternative, la saisie au clavier peut être envisagée, car le processus d’apprentissage de la frappe peut améliorer les compétences en écriture et en lecture. C’est également une compétence qui aidera les jeunes adultes à faire leurs devoirs, leurs devoirs à la maison et même à se soumettre à des mesures d’évaluation standardisées.

L’apprentissage de la dactylographie tactile est expressément recommandé aux personnes souffrant de dysgraphie et de dyspraxie, car l’écriture à la main est généralement douloureuse pour elles. L’utilisation d’un clavier donne aux gens la liberté d’écrire sans se soucier de la forme des lettres. Il est beaucoup moins probable qu’ils aient besoin d’écrire en majuscules et peut parfois améliorer la qualité de leur écriture, car ils ont plus de temps à consacrer aux idées qu’aux mécanismes de l’écriture manuelle.

Toutefois, il existe aussi de nombreuses méthodes qui peuvent aider les personnes dyslexiques à apprendre à écrire de manière manuscrite. Et bien que cette compétence soit de moins en moins utilisée, elle reste très importante aussi bien dans les études, dans la vie quotidienne que pour structurer sa compréhension du langage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image